Cœur de Quartier

59 / 61 Quai d'Asnière, Villeneuve-la-Garenne (92390)

DIDASCALIE

Cette opération représente un intérêt tout particulier pour son caractère emblématique d’une ambition de trouver un habitat attentif à son tissu urbain en connivence avec une nature omniprésente. Les enjeux d’un tel projet urbain résident dans la nécessaire adéquation entre une architecture intemporelle et sa relation au contexte. Diversité, hétérogénéité et sentiment d’appartenance sont pour nous les facteurs essentiels à une bonne cohérence spatiale et fonctionnelle du projet.

Le projet s’articule autour de quatre grands axes :

  • Offrir un gradient de volumétrie tout en veillant à assurer l’homogénéité d’un projet global,
  • Offrir une pluralité de modes d’habiter en assurant la qualité et la diversité des réponses à chacun,
  • Offrir un jardin partagé support des usages collectifs et de la gestion des eaux,
    -Offrir une diversité des espaces extérieurs par un travail sur les sols, les façades et les toitures. *

UNE URBANITÉ DÉSIRABLE

Le projet s’inscrit dans un contexte urbain hétérogène composé de grand et de petits collectifs ainsi que de maisons individuelles. Afin de s’inscrire harmonieusement sur le site, de développer une architecture négociée et responsable avec son contexte, nous avons choisi deux typologies de bâtiments :

  • la première, allant jusqu’à R+3, rappelle les immeubles de rapport et convoque un rapport structurant avec les axes viaires en leur faisant front,
  • la seconde, des bâtis pavillonnaires de faible hauteur, rappelle les maisons bourgeoises et constitue un écrin animant le cœur d’îlot.

Ces typologies se déclinent avec trois bâtiments en troisième famille, équipées d’ascenseurs et allant jusqu’aux 13 m autorisés et deux autres en deuxième famille. Cette volumétrie variée et intelligible considère et préserve le caractère particulier et riche de l’identité de Villeneuve-la-Garenne dans un projet global.

UN PAYSAGE PARTAGÉ

Le cœur d’îlot est ouvert et pensé en connexion avec le quartier. Il propose une intériorité plantée et traversante afin de créer un ensemble de qualités et d’ambiances. Tout les places de parking sont réalisées en sous-sol et les emplacements deux roues le sont au niveau du piéton pour favoriser les rencontres et les échanges. Le paysage est traité comme un tout. Il est pensé pour une appropriation maximum de l’espace par les résidents. Il est à la fois collectif pour favoriser le lien social, et privatif pour offrir une qualité particulière. Ce paysage est parcouru par un cheminement piéton intérieur nord-sud, favorisant l’appropriation des lieux par les résidents tout au long de la journée faisant de ce lieu, un lieu de vie.

Une végétalisation douce, travaillée comme un espace de sous-bois, intègre le sentier principal qui dessert les halls d’entrée ainsi que les espaces extérieurs des logements en rez-de-jardin. Ce sentier permet de développer une ambiance de voisinage familière et intime.

UN REZ-DE-JARDIN ANIMÉ

Le rez-de-jardin est constitué de logement en duplex inversé. L’accès s’effectue par le rez-de-chaussée, qui se situe au-dessus de la cote casier. Ils possèdent un jardin privatif séparés du sentier principal par un filtre végétal installé en jardinière surélevée pour préserver leur intimité. La végétalisation variée dans sa composition et ses densités offre une multitude de points de vue nuancée permettant de mettre une distance entre le sentier et les espaces intimes.

Cette proposition est adaptée à la réglementation PPRI de la zone bleue qui stipule qu’« un niveau d’habitation collective peut être situé en dessous de la cote de casier si dans le même appartement, un second niveau est créé au-dessus de cette cote. »

VÉGÉTALISATION ET RÉSILIENCE

Nous adoptons une stratégie végétale pour accompagner la stratégie de la gestion des eaux sur le site afin de ne pas considérer les zones inondables comme des zones stériles. Nous développons l’idée d’un îlot de fraîcheur par l’imaginaire du sous-bois, en jouant avec le côté humide, le côté ombragé, le côté passant en tout préservant l’intimité et en offrant de la qualité. Le dispositif comprend à la fois une structure en arbustes persistants qui maintiennent la perception en hiver tout en y associant des arbustes fruitiers pour renforcer la qualité paysagère et estivale

Les essences plantées seront hélophytes et/ou hygrophiles et se développeront selon les saisons et les évolutions climatiques, la sécheresse ou l’humidité afin d’offrir un paysage en mouvement.

La continuité végétale sur les axes structurants sera respectée par un filtre aboré plus dense côté Sud avec des pruniers

DES FAÇADES CONTEXTUELLES

En cohérence avec les choix structurels de l’isolation intérieure et du béton, les façades donnent la part belle aux revêtements minéraux sous différentes formes : enduit et brique. Les menuiseries en bois/alu seront traitées par un précadre aluminium en débord et à bord en fonction de la matérialité du support.

Cette alternance de revêtement correspondant au jeu de volumétrie permet d’animer et de séquencer le rythme des façades.

Des retraits sont opérés sur le quai d’Asnières afin de respecter l’alignement avec les avoisinants. Une découpe est opérée sur le front bâti des quais afin de marquer l’entrée, et réduire la massivité perçue du volume. Le rapport apaisé est préservé.

DES PLANS RATIONELS POUR UNE RICHESSE D’EXPRESSION

Nous prônons les structures et trames simples afin d’optimiser les systèmes et offrir de la souplesse dans une réadaptation de celui-ci, notamment en termes de répartition typologiques. Ainsi nous avons choisi fait le choix de plans rationnels ayant pour base le T2, pouvant se développer en T4 en duplex, en T3 conjugué à un T1. Cette adaptabilité et rationalité permettent de développer une richesse dans l’expression du projet en faisant variée la colorimétrie et la texture des matériaux : enduit claire et foncé, brique claire et fonce, bac acier clair et foncé en toiture.

Le projet compte 70 logements afin de pouvoir respecter aux mieux la demande tout en s’assurant du respect de la règle du PLU d’une place par logement.

Le souhait d’offrir une mixité sociale sur ce projet se transcrit par 12 X T1 ; 28 X T2 ;13 X T3 ; 13 X T4 et 4 X T5.

PLURALITÉ DES MODES D’HABITER

Notre démarche consiste à donner de l’espace, du soleil, de la verdure pour tous. Nous souhaitons rendre compte de la spécificité de chaque logement, de sa manière à instaurer une relation identitaire entre habitats et habitants. Chacun doit pouvoir identifier son logement, comme dans un hameau, un village, un cœur de quartier à travers sa particularité.

Nous avons ainsi développé un travail d’appropriation du sol par la création de jardin privatif pour les duplex, un travail sur la dissymétrie des balcons afin d’animer les façades et jouir d’un espace appropriable, un travail ciselé des toitures pour dessiner une silhouette agréable tournée vers le sud.

Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier
Image de couverture du projet Cœur de Quartier